MCS Rugby

Le MCS, c'est avant tout une histoire riche, une histoire de famille, une histoire de cœur, une histoire partagée par tous les amoureux du rugby du Bas Salat, bien au-delà des deux communes que sont Mazères sur Salat et Cassagne.
Le MCS, c'est un état d'esprit que l'on partage dès son enfance en foulant les installations de Bouque de Lens, une fierté de représenter ce club, toutes ses valeurs et un honneur de porter ce maillot rouge et noir.


Inscrivez vous ci-dessous pour recevoir les dernières actualités

mardi 14 juin 2016

Vice-champions de France ce n'est pas rien, c'est ENORME.

De la part de Zoé Gauthier

Comminges Actu


Vice-champions de France ce n'est pas rien, c'est ENORME.

le Mazères Cassagne Sports c'est une entente de 2 villages de 650 habitants soit 1 300 habitants.

Notre équipe a rencontré et/ou battu des équipes de villes que nous n'avons pas besoin de chercher sur la carte de France car nous les connaissons de noms: Mende (12 000 habitants), Thonon les Bains (35 000 habitants), Biscarosse (14 000 habitants) ... même les moins connues étaient plus importantes que nous: Vinassan les Corbières (2 600 habitants), Habas (1 500 habitants), le Marquisat (1 000 habitants)

Lorsque dimanche je discutais avec ceux du club d'Hagetmau, pendant que se déroulait le match, c'était de l'admiration qu'ils avaient dans la voix. Quelle que soit l'issue du match, ils étaient admiratifs du parcours faits par nos joueurs. Parce que Mazères Cassagne, eux ils l'ont cherché sur les cartes pour nous situer, comme tous les autres clubs que nous avons rencontré.

Alors il faut que nos joueurs gardent la tête haute, car être le 2ème meilleur club de France ce n'est pas n'importe quoi.

Faut arrêter de parler de chandelle malheureuse, de touches ratées... on s'en fout. Ce n'est pas ça qui est important.

Ce sont toutes les actions réussies au cours de ces phases finales, toutes ces pénalités, ces transformations réussies par Romain Galy, le drop-goal de la semaine dernière, la fatigue des avants qui a repoussé les adversaires, les blessures des uns et des autres qui nous ont conduit jusque là.

Quand j'entends les jeunes se culpabiliser parce que la finale est perdue, ça me révolte. Ils se culpabilisent parce qu'on les culpabilise. Et ceux qui le font ce ne sont pas les joueurs au parcours national ou international, ce ne sont pas non plus les supporters qui ont suivi tous les dimanches cette équipe, ce sont ceux qui au cours de ces 108 ans ne sont jamais parvenus à ces phases finales et encore moins en finale d'un championnat de France. Puisque c'est bien la 1ère fois pour le club. Les jaloux, les envieux, les plus vieux... ils ont eu eux aussi leurs chances à un moment donné, leurs chances d'arriver jusque là et ça ne s'est pas fait. Alors qu'ils arrêtent de juger une équipe parce que le dernier match est perdu.

Vice-champion de France c'est pas champion des Pyrénées, même si ce dernier titre a sa valeur. Vice-champion de France c'est un titre National dont les joueurs, le club, tout un canton, toute une région peuvent être fiers.

Enchainer toute une saison, tous les dimanches comme nos joueurs l'ont fait vous croyez pas que ça mérite un peu de respect?

Bravo à vous

Pensez à récupérer quelques forces, gardez la tête haute et à ceux qui vous font des raisos , n'oubliez pas ce que dit l'arbitre: A 10 mètres!

N'écoutez pas les donneurs de leçons. Comme disait Aimé Jacquet, entraineur de l'équipe de France en 98 à un journaliste qui lui reprochait d'avoir pris un but en demi-finale et alors qu'il venait de gagner la Coupe du Monde: "c'est vrai on a pris un but, mais s'il y en a qui veulent faire mieux que nous, qu'ils le fassent".

et je dédis ces quelques mots à Mika, il sait pourquoi